Livre d'or

Vous avez la parole !
Si vous ne vous y opposez pas, votre texte sera lu par tous.
 
Depuis plus de trente ans des messages sont adressés à Jacques, à sa mémoire et à ceux qui forment autour du monde une grande famille d’émotion.

Il nous faut regarder ce qu’il y a de beau… 

Le livre d'or par ordre chronlogique

J'avais 14 ans avec le peu d'argent je suis allé acheter un de vos disques. Il a tourné ce 33 tours sur un électrophone des dizaines et des dizaines de fois Et puis il y a eu les MARQUISES je l'avais, comme tant d'autres, pré-commandé. Derniers titres, dernières musiques, dernières paroles avant que la maladie nous prive de votre silhouette. 45 plus tard vous êtes toujours là dans ma tête et je me repasse la quête qui pour moi résume si bien la votre........ Merci dans quelques semaines je devrais être à Bruxelles et je viendrai vous voir dans votre fondation............

Jacques Brel, c'est à mes yeux une bombe textuelle qui force l'oreille à l'écoute ! Un vent violent qui emporte tout sur son passage. il est la dynamique totale... Brel fut et reste cet être événementiel.

Therefore a dream...

An eternal
glimmer while
the sound of
a blackbird
calls the desire
of an inner
appearance....

Francesco Sinibaldi

Quand je suis entré dans l'adolescence, Brel était déjà mort depuis cinq ou six ans. Il m'est tombé dessus grâce à une prof du collège. Et aussi grâce à une cassette de la radioscopie de 73 que j'ai écouté un jour, presque accidentellement. A présent que j'ai dépassé l'âge auquel il est mort, je sais qu'il m'aura accompagné toute une vie. Je n'ai certes pas eu son énergie à toujours "aller voir", mais ces chansons autant que sa philosophie de vie m'ont guidé dans mes choix. Ne jamais s'arrêter. Ne jamais s'installer. Toujours tout remettre en cause.

Bonjour.

Ravi de découvrir ce site.
Il me semble qu'il me rapproche de ce Grand Jacques que j'ai tant aimé et que j'aime toujours.
Je crois qu'il va perpétuer le souvenir de Jacques Brel dont les si belles chansons (ou plutôt : poèmes...) sont déjà entrées dans l'histoire.
Lorsque j'avais 6 ans, le petit auvergnat que j'étais il y a trèèès longtemps (en 1964...) s'isolait derrière notre maison parce qu'il était (déjà) timide et chantait pour lui-même "Je vous ai apporté des bonbons..."
Merci à Jacques et merci à vous d'être un peu lui.

Bonjour, c’est en écoutant le dernier délicieux épisode de « Je vous ai apporté des histoires » que j’ai réalisé que ça faisait trop longtemps depuis ma dernière visite ici. Je remercie Mde France Brel du fond du coeur pour toutes ces merveilleuses histoires, si humaines et débordantes de l’essence parfois cachée de notre cher grand Jacques. J’attends avec impatience chaque nouvel épisode, « me régalant d’avance » et les vignettes me charment et m’émeuvent à chaque fois. J’espère que cette série durera encore longtemps et qu’elle sera compilée de façon à continuer de les savourer copieusement. De tout coeur, Sylvie Qc Canada :D

En visitant le Livre D’Or aujourd’hui, je me réjouis de lire tous les nouveaux commentaires des fans qui continuent de déborder d’amour pour notre grand Jacques. Ça me rappelle également à quel point je m’ennuie et qu’il serait grand temps de prendre rendez-vous avec mon vieil ami. Merci à tous ceux qui prennent le temps d’écrire ici. :D De tout coeur, Sylvie Qc Canada :D

Bonjour à vous,

J'ai eu le plaisir d'écouter l'interview que vous avez accordée sur la carrière de votre père. Jacques Brel est venu plusieurs fois au Québec et j'ai eu le plaisir de le voir au Palais Montcalm. Je n'ai pu me procurer qu'un billet à l'arrière de la salle, tellement les billets sont partis rapidement. Mais, même à l'arrière, jai toutefois eu l'impression et même le sentiment qu'il chantait pour chacun d'entre nous. Je n'ai jamais éprouvé cette sensation à nouveau après, la sensation d'une présence et d'un don total.
J'ai soixante-neuf ans, et cela reste un des beaux souvenirs de ma vie. C'était déchirant de le voir se donner autant, pour nous, des gens qu'il ne connaissait pas, mais qui l'adoraient.
J'écoute ses chansons régulièrement et à chaque période de ma vie, il y en a une qui ressort en particulier. Mon enfance, Fernand, Amsterdam, laquelle chanson continue à me donner des frissons, mais j'ai de la difficulté à comprendre pourquoi je m'identifie à cette chanson, pourquoi elle me parle aussi fort, parce que je ne connais rien de la vie de pêcheurs. Pourtant, je tremble à chaque fois que je l'entends.
Impossible de penser que je pourrais évacuer une seule de ses chansons. La ville s'endormait, dont je ne comprends pas tout à fait le sens et qui me revient souvent le soir, au moment de dormir. La solitude humaine, la solitude qui crie dans le noir.
C'est tout cela qu'il nous a donné, mais à quel prix, celui de sa santé. IL n'aimerait pas cette phrase, mais peu m'importe.
L'œuvre de Jacques Brel est quasiment shakespearienne, on entre en contact avec la vie, sans déguisement, je dirais même avec la force de l'instinct et avec la grandeur de l'esprit, lequel tente de comprendre le sens de cette existence.
Un être déchiré, vous avez dit, qui soignait ses blessures à la fin.

Comment expliquer une telle force, une telle présence? Bien sûr, on pourrait énumérer une quantité de qualités. Mais ce n'est pas cela qui nous intéresse, ce qui nous intéresse c'est l'état dans lequel nous met sa voix, un état de réception, de contact avec la nature et les humains.

J'ai eu plaisir à communiquer avec vous et à vous dire l'énorme plaisir que son œuvre continue de m'apporter.

Denyse Noreau, Québec, Canada

Merci pour l'émission "un jour un destin", très réussie.
France, il y a quelques années vous animiez des soirées débats autour de la vie de Jacques
J'avais participé dans le sud de la France à ces beaux moments de partage. Envisagez-vous de poursuivre ces soirées débat ? Si tel est le cas, vous êtes la bienvenue dans l'Hérault
Merci encore pour votre action qui honore la mémoire de notre Jacques

"Et que Grand Jacques me pardonne
Si j'aime un peu trop les Flamands
mais je n'chante pas la Brabançonne
Je ne suis qu'à moitié Flamand
Et quand les souvenirs me reviennent, je ne suis qu'à moitié Normand" Ceci est la fin d'une de mes chansons "Le Pays Flamand". Aujourd'hui, après les tragiques évènements qui ont frappé la Belgique, je suis pleinement Belge.

Pages